Le vote contestataire

« Je ne vois pas pourquoi moi de gauche je n’irais pas voter contre Nicolas Sarkozy. »

Dans la série la phrase la plus con, voire la plus criminelle, la déclaration d’un auditeur des Grandes Gueules sur RMC, annonçant son intention d’aller, comme beaucoup d’électeurs de gauche, voter aux Primaires de la droite et du centre.

Le sujet n’est pas ici de dire s’il est bon ou non de déposer un bulletin de vote portant le nom de Sarkozy. Ni même d’établir s’il vaut mieux être de gauche ou de droite, sachant que cela ne signifie plus grand chose à l’heure actuelle.

Non, la bêtise de la déclaration et surtout de la démarche vient du fait de voter CONTRE quelqu’un, et non pas POUR un candidat crédible.

De la même manière, beaucoup annoncent vouloir voter CONTRE Hollande si celui-ci se présente. C’est là aussi une démarche intellectuelle désastreuse. Lire la suite

Marronnier politique

Ça devient vraiment un marronnier qui traduit la capacité française à tourner en rond, à rester centré sur son histoire et soi-disant ses points de crispation.

Dans la série la phrase la plus crédible, l’analyse parfaite de Charles Consigny au micro des Grandes Gueules le 26 septembre 2016, à propos du nouvel hommage de François Hollande, président-pas-encore-mais-presque-candidat, sur le sort réservé aux Harkis de France.

Un sujet récurrent, utilisé de manière permanente par tous les principaux postulants au poste de Président de la République.

Une phrase doublement intéressante puisque, sortie du contexte, elle reste juste. La France, pays fabuleux centré sur soi-même. Si, vous savez bien : le meilleur système de santé au monde, le meilleur système social, et patati et patata. La France qui continue de tourner alors que, juste là dehors, les autres nations avancent, elles.

Juste. Diablement juste.

Et puis c’est tout.

En presque live ci-dessous :

(Source : Les Grandes Gueules – RMC – Emission du 26/09/2019 – 10h)