Le modèle français

Il faut changer une partie du modèle.

On voit bien que les recettes actuelles ne fonctionnent pas.

 

Quand je pense qu’un certain nombre de gens affirment que la France est en train de devenir ultralibérale, c’est vraiment à se demander avec quelles lunettes ils regardent tout ces chiffres.

Dans la série la phrase la plus crédible, l’analyse pointue et détaillée de Nicolas Beytout sur Europe 1. Le contexte ? Un chômage toujours galopant, grimpant plus vite que Lance Armstrong dans l’Alpe d’Huez. Lire la suite

Parfait résumé

Ces débats traduisent l’incurie des discours politiques actuels. Le fait qu’on n’ait aucune réponse sur les vrais sujets. (…) Ça fait maintenant plus d’un an qu’on ne parle que d’histoire, d’intégration, d’identité, etc… pas du tout d’économie, pas de la question de savoir comment on va faire en France pour redevenir une économie qui fonctionne. Ils font des propositions fantasques de réduction des dépenses qu’ils savent très bien qu’ils ne pourront pas réaliser.

 

Il faut savoir se tourner vers l’avenir.

Dans la série la phrase la plus critique, la plus classe et surtout la plus crédible, le parfait résumé de Charles Consigny – encore lui, quel talent – au micro des Grandes Gueules sur RMC, toujours le 26 septembre 2016 et toujours suite à l’hommage de François Hollande aux Harkis.

Il y a des fois comme ça où il n’y a rien de plus à ajouter. Il y a juste à lire, relire et constater que tout est dit.

Et puis c’est tout.

En presque live ci-dessous, l’intégralité de l’intervention parfaite de Monsieur Consigny :

(Source : Les Grandes Gueules – RMC – Emission du 26/09/2019 – 10h30)

Marronnier politique

Ça devient vraiment un marronnier qui traduit la capacité française à tourner en rond, à rester centré sur son histoire et soi-disant ses points de crispation.

Dans la série la phrase la plus crédible, l’analyse parfaite de Charles Consigny au micro des Grandes Gueules le 26 septembre 2016, à propos du nouvel hommage de François Hollande, président-pas-encore-mais-presque-candidat, sur le sort réservé aux Harkis de France.

Un sujet récurrent, utilisé de manière permanente par tous les principaux postulants au poste de Président de la République.

Une phrase doublement intéressante puisque, sortie du contexte, elle reste juste. La France, pays fabuleux centré sur soi-même. Si, vous savez bien : le meilleur système de santé au monde, le meilleur système social, et patati et patata. La France qui continue de tourner alors que, juste là dehors, les autres nations avancent, elles.

Juste. Diablement juste.

Et puis c’est tout.

En presque live ci-dessous :

(Source : Les Grandes Gueules – RMC – Emission du 26/09/2019 – 10h)

 

Jeu de mots ovale


« Il faut prendre les choses à la rigolade donc on pourra dire que Boulogne touche du bois. »



Dans la série la phrase la plus cocasse, le jeu de mots tenté par Jean-Pierre Elissalde dans l’émission « Les Spécialistes – Rugby » sur Canal+ Sport.

Kevin Boulogne est en fait un joueur de l’équipe d’Albi qui, le week-end précédent, a réussi à toucher deux fois les poteaux lors de ses tentatives de pénalité contre Brive. Au final, une défaite pour son équipe et une boutade pour le consultant de la chaine cryptée.

Et puis c’est tout…