Reconversion

Manaudou veut faire du handball. C’est comme si moi je voulais faire de la danse classique.

 

moscato_2

(Source Photo : RMC Sport TV)

Dans la série la phrase la plus cocasse, la déclaration de Vincent Moscato juste avant son émission au micro de Roselyne Bachelot le 27 septembre, à propos de la décision de Florent Manaudou, vice-champion olympique du 50 mètres nage libre, de se consacrer quelques temps au handball.

Alors, le show man et ancien rugbyman Vincent Moscato a donné son avis. Drôle, direct, efficace. Pas la peine d’argumenter : parfait !

Quant à tout ce qui a été entendu sur la question de la reconversion du nageur, une seule chose à préciser : l’athlète n’a jamais annoncé vouloir intégrer l’équipe de France de Handball. Or, tout le monde ou presque a glosé, vitupéré ou maugréé sur le soi-disant irrespect du sprinteur. Bref, il n’y avait juste rien à dire. On peut espérer qu’un jour les éditorialistes et autres analystes de cour de récré puissent un jour commenter que ce qui a été dit ou fait. Enfin, pour ça, on peut toujours attendre.

D’ici là, imaginer le sieur Moscato en tutu autour de la taille, les pointes sur les petons, ça vaut son pesant de cacahuètes.

Et puis c’est tout…

En presque live ci-dessous :

(Source : 100% Bachelot – RMC – Emission du 27/09/2019 – 15h54)

Les excuses perpétuelles

Ouais, mais c’est encore un gamin.

 

aurier


(Source Photo Eurosport)

Dans la série la phrase la plus con, la réponse d’un auditeur de RMC au micro de Roselyne Bachelot, le 27 septembre dernier.

Le contexte ? Une discussion sur l’exemplaire – c’est ironique – défenseur du PSG, Serge Aurier.

Un rappel des faits ?
Mis à pied au cours de la saison passée pour une pitoyable et insultante déclaration à propos de son entraîneur et de ses coéquipiers de l’époque, le footballeur se permettait peu de temps après – histoire de peaufiner le tout – d’insulter un agent de police.
Bref, pas la peine de tourner autour du poteau de corner, le joueur comparait devant la justice et se trouve condamné (à l’heure actuelle, un appel est en cours). Lire la suite

Jeu de mots ovale


« Il faut prendre les choses à la rigolade donc on pourra dire que Boulogne touche du bois. »



Dans la série la phrase la plus cocasse, le jeu de mots tenté par Jean-Pierre Elissalde dans l’émission « Les Spécialistes – Rugby » sur Canal+ Sport.

Kevin Boulogne est en fait un joueur de l’équipe d’Albi qui, le week-end précédent, a réussi à toucher deux fois les poteaux lors de ses tentatives de pénalité contre Brive. Au final, une défaite pour son équipe et une boutade pour le consultant de la chaine cryptée.

Et puis c’est tout…


Les joueurs de rugby au secours de la Mère Noël


« Viens là, j’vais t’remplir ta hotte ! »



Dans la série la phrase la plus cocasse, la proposition faite par Jojo à la Mère Noël. Le contexte est simple :  à la mi-temps d’un match de rugby du championnat de Fédérale 2, les dirigeants de l’équipe jouant à domicile proposent à la Mère Noël de faire un petit tour sur le terrain, dans le froid, court vêtue et surtout pour le plus grand bonheur de tous les poètes présents tant sur le terrain que dans les tribunes.

Parmi eux, l’inégalable Jojo, coéquipier des visiteurs du jour, qui se propose donc, en hurlant quasiment au milieu des tribunes, d’apporter un peu d’aide pour distribuer les cadeaux ou au moins un peu de réconfort. Et plus si affinités. Les spectateurs ont bien ri, Jojo a fini son vin chaud et Maman Noël est finalement partie avec son traineau.

Et puis c’est tout…


Toute la poésie rugbystique sur LPLPC : 12345


La crédibilité vue par Raymond Domenech


« D’abord, le chiffre est complètement ahurissant. Si ça avait été ça, j’aurais bondi de joie, j’aurais été heureux comme tout. Mais je vous assure que c’est loin du compte. C’est un pur mensonge. »



Dans la série la phrase la plus con, la petite bombe à retardement de Raymond Domenech, le sélectionneur de l’équipe de France de football, lancée le 23 novembre dernier et qui revient lui exploser en pleine tête. La question tournait autour de la valeur de la prime gagnée par le manager tricolore après la qualification pour le Mondial 2010. Les chiffres avancés – plus de 800 000 euros – avaient fait bondir l’entraineur français qui criait à l’infamie et au mensonge.

Lire la suite…

Le football français, un autre modèle national


« Si on avait autre chose à la tête du foot français qu’un ramassis de politicards incompétents dont le seul objectif est de rester bien vissé à leur poste, notre image ne serait sans doute pas aussi désastreuse aujourd’hui. »



Dans la série la phrase la plus crédible, la constatation du chroniqueur et journaliste Pierre Ménès, décrivant parfaitement sur son blog l’état du football français actuel.

Ce qui demeure encore plus crédible reste le fait que sa verve magnifique peut également être légèrement modifiée pour poser des mots justes sur la France dans son ensemble :

« Si on avait autre chose à la tête de notre pays qu’un ramassis de politicards incompétents dont le seul objectif est de rester bien vissé à leur poste, notre situation ne serait sans doute pas aussi désastreuse aujourd’hui. »


Et puis c’est tout…


Tout comprendre sur Raymond en deux phrases


« Ses choix, ses analyses, son comportement sont des énigmes. (…)
Il n’est pas légitime. »



Dans la série la phrase la plus crédible, la déclaration de Christophe Dugarry, ancien international, Champion du Monde et d’Europe, et consultant sur Canal+, à propos de Raymond Domenech, sélectionneur de l’équipe de France de football. Pas la peine d’en rajouter, tout est limpide et parfaitement juste :

« Sur le fond comme sur la forme, je me demande comment il a pu devenir sélectionneur et comment il l’est encore ! Je ne suis jamais d’accord avec lui : ses choix, ses analyses, son comportement sont des énigmes. Il a vu défiler des générations exceptionnelles – de Zidane à Ribery – mais n’a jamais rien gagné ! Il n’est pas légitime. Comment voulez-vous que les joueurs le respectent ? Quant à la finale de la Coupe du Monde 2006, je l’attribue uniquement aux joueurs. Sans les retours de Zidane, Thuram et Makélélé, on ne se serait même pas qualifié. »



Et puis c’est tout…


Source :  « Télé Star » n°1731