Le vote contestataire

« Je ne vois pas pourquoi moi de gauche je n’irais pas voter contre Nicolas Sarkozy. »

Dans la série la phrase la plus con, voire la plus criminelle, la déclaration d’un auditeur des Grandes Gueules sur RMC, annonçant son intention d’aller, comme beaucoup d’électeurs de gauche, voter aux Primaires de la droite et du centre.

Le sujet n’est pas ici de dire s’il est bon ou non de déposer un bulletin de vote portant le nom de Sarkozy. Ni même d’établir s’il vaut mieux être de gauche ou de droite, sachant que cela ne signifie plus grand chose à l’heure actuelle.

Non, la bêtise de la déclaration et surtout de la démarche vient du fait de voter CONTRE quelqu’un, et non pas POUR un candidat crédible.

De la même manière, beaucoup annoncent vouloir voter CONTRE Hollande si celui-ci se présente. C’est là aussi une démarche intellectuelle désastreuse. Lire la suite

Petite pause avec l’Ami Gustave – La méthode du discours

« La droite a toujours pour seul projet la destruction de l’emploi alors que les Français demandent au contraire sa sécurisation.
En fait ils ont changé le nom de leur parti mais pas leur recette libérale semble-t-il. »

 

Dans la série la phrase la plus con, la récitation de Isabelle Mathurin, responsable secteur services publics au Parti Communiste Français.

La phrase en elle-même relève du grotesque – comment peut-on ainsi prétendre qu’un parti politique, quel qu’il soit, d’avoir pour intention première la destruction de l’emploi ? En effet, les premiers dirigeants politiques capables de créer et de pérenniser l’emploi s’assureront un avantage certain au cours des élections suivantes.

Passons cependant l’analyse de toutes les inepties de cette déclaration, chaussons nos lunettes et notre sonotone et revenons sur une étude précise du contexte de cette phrase. Et surtout comment elle a été prononcée.

La représente communiste était interrogée au cours de l’émission « Radio Brunet » sur RMC à propos de la proposition cohérente de Jean-François Copé de revenir sur le privilège de l’emploi à vie dont jouissent tous les fonctionnaires.

Lire la suite

Parfait résumé

Ces débats traduisent l’incurie des discours politiques actuels. Le fait qu’on n’ait aucune réponse sur les vrais sujets. (…) Ça fait maintenant plus d’un an qu’on ne parle que d’histoire, d’intégration, d’identité, etc… pas du tout d’économie, pas de la question de savoir comment on va faire en France pour redevenir une économie qui fonctionne. Ils font des propositions fantasques de réduction des dépenses qu’ils savent très bien qu’ils ne pourront pas réaliser.

 

Il faut savoir se tourner vers l’avenir.

Dans la série la phrase la plus critique, la plus classe et surtout la plus crédible, le parfait résumé de Charles Consigny – encore lui, quel talent – au micro des Grandes Gueules sur RMC, toujours le 26 septembre 2016 et toujours suite à l’hommage de François Hollande aux Harkis.

Il y a des fois comme ça où il n’y a rien de plus à ajouter. Il y a juste à lire, relire et constater que tout est dit.

Et puis c’est tout.

En presque live ci-dessous, l’intégralité de l’intervention parfaite de Monsieur Consigny :

(Source : Les Grandes Gueules – RMC – Emission du 26/09/2019 – 10h30)

Marronnier politique

Ça devient vraiment un marronnier qui traduit la capacité française à tourner en rond, à rester centré sur son histoire et soi-disant ses points de crispation.

Dans la série la phrase la plus crédible, l’analyse parfaite de Charles Consigny au micro des Grandes Gueules le 26 septembre 2016, à propos du nouvel hommage de François Hollande, président-pas-encore-mais-presque-candidat, sur le sort réservé aux Harkis de France.

Un sujet récurrent, utilisé de manière permanente par tous les principaux postulants au poste de Président de la République.

Une phrase doublement intéressante puisque, sortie du contexte, elle reste juste. La France, pays fabuleux centré sur soi-même. Si, vous savez bien : le meilleur système de santé au monde, le meilleur système social, et patati et patata. La France qui continue de tourner alors que, juste là dehors, les autres nations avancent, elles.

Juste. Diablement juste.

Et puis c’est tout.

En presque live ci-dessous :

(Source : Les Grandes Gueules – RMC – Emission du 26/09/2019 – 10h)

 

Les effroyables conditions de travail des chauffeurs du RER


« Un agent du RER A ne conduit que 2h50 par jour. »



Dans la série la phrase la plus con, et la plus crade, la précision salutaire apportée par le Figaro et qui permet d’éclairer encore un peu plus les conditions de travail effroyables – c’est littéralement le retour à Germinal et à Etienne Lantier ! – des conducteurs de la ligne de RER en grève depuis maintenant plus d’une semaine, contraignant d’ailleurs les vrais travailleurs à utiliser leur voiture sous des conditions climatiques impossibles.

Lire la suite…

Vivre écolo en 2010


« Moi-même je suis très écolo : je ne tire plus la chasse. »



Dans la série la phrase la plus cocasse, mais aussi la plus critique, la révélation d’Amanda Lear, au micro du « Petit Journal » de Yann Barthès sur Canal+, et à qui était demandé un avis concernant « Copenhague », avec évidemment en filigrane la conférence s’y tenant à l’heure actuelle.

Lire la suite…

Le slogan qui va sauver la planète


« Sauvons la planète, sortons du capitalisme. »



Dans la série la phrase la plus con, le slogan politique vu sur les dernières affiches du « Nouveau parti anti-capitaliste ». Une affirmation doublement crétine, puisqu’elle joue sur différents plans tous aussi cons les uns que les autres.

Lire la suite…