Le vote contestataire

« Je ne vois pas pourquoi moi de gauche je n’irais pas voter contre Nicolas Sarkozy. »

Dans la série la phrase la plus con, voire la plus criminelle, la déclaration d’un auditeur des Grandes Gueules sur RMC, annonçant son intention d’aller, comme beaucoup d’électeurs de gauche, voter aux Primaires de la droite et du centre.

Le sujet n’est pas ici de dire s’il est bon ou non de déposer un bulletin de vote portant le nom de Sarkozy. Ni même d’établir s’il vaut mieux être de gauche ou de droite, sachant que cela ne signifie plus grand chose à l’heure actuelle.

Non, la bêtise de la déclaration et surtout de la démarche vient du fait de voter CONTRE quelqu’un, et non pas POUR un candidat crédible.

De la même manière, beaucoup annoncent vouloir voter CONTRE Hollande si celui-ci se présente. C’est là aussi une démarche intellectuelle désastreuse. Lire la suite

Publicités

Un oubli fâcheux

Et ton cartable ?

Dans la série la phrase la plus cocasse, l’exclamation d’une Maman soupirante à l’adresse de son deuxième fils, l’oeil vif et alerte à l’idée d’aller à l’école. Sans cartable certes, mais ce n’est qu’un détail.

L’interjection maternelle a causé un simple haussement d’épaules du style « Ben il est dans la chambre pardi. » Non mais quand même, quelle question.

La Maman, au bord de l’implosion mais tout en contrôle, hausse un sourcil, souffle et, c’est inéluctable, fait demi-tour pour réparer la faute, le pas pressé par ces fichus fatals horaires à respecter. Eh oui, la petite troupe est déjà bien en retard.

Un moment épique et savoureux.

Et puis c’est tout…

2009 – 2010, même combat


« Il n’y a qu’en France qu’on voit ça. »


« Quand les gendarmes nous arrêtent, ils nous disent ‘ben voilà il y a de la neige’.
Ben on le sait… mais y a d’autres pays où il y a de la neige et on n’est pas embêté comme ça. »



Dans la série la phrase la plus crédible, les indignations légitimes des routiers et autres personnes à nouveau piégés par les conditions climatiques. En résumé ? Lire la suite…

Rêvons un peu, rêvons beaucoup


« Marche droit, tu marches sur mes rêves. »



Dans la série la phrase la plus cool, bien que peut-être confuse ou contradictoire, voire classe, l’ordre intimé par un inconnu sur un mur d’une ville de province. Phrase difficilement classable, à cause de l’impératif utilisé pour forcer à marcher droit afin de  préserver des rêves.

Lire la suite…