Le vote contestataire

« Je ne vois pas pourquoi moi de gauche je n’irais pas voter contre Nicolas Sarkozy. »

Dans la série la phrase la plus con, voire la plus criminelle, la déclaration d’un auditeur des Grandes Gueules sur RMC, annonçant son intention d’aller, comme beaucoup d’électeurs de gauche, voter aux Primaires de la droite et du centre.

Le sujet n’est pas ici de dire s’il est bon ou non de déposer un bulletin de vote portant le nom de Sarkozy. Ni même d’établir s’il vaut mieux être de gauche ou de droite, sachant que cela ne signifie plus grand chose à l’heure actuelle.

Non, la bêtise de la déclaration et surtout de la démarche vient du fait de voter CONTRE quelqu’un, et non pas POUR un candidat crédible.

De la même manière, beaucoup annoncent vouloir voter CONTRE Hollande si celui-ci se présente. C’est là aussi une démarche intellectuelle désastreuse. Lire la suite

Publicités

Petite pause avec l’Ami Gustave – La méthode du discours

« La droite a toujours pour seul projet la destruction de l’emploi alors que les Français demandent au contraire sa sécurisation.
En fait ils ont changé le nom de leur parti mais pas leur recette libérale semble-t-il. »

 

Dans la série la phrase la plus con, la récitation de Isabelle Mathurin, responsable secteur services publics au Parti Communiste Français.

La phrase en elle-même relève du grotesque – comment peut-on ainsi prétendre qu’un parti politique, quel qu’il soit, d’avoir pour intention première la destruction de l’emploi ? En effet, les premiers dirigeants politiques capables de créer et de pérenniser l’emploi s’assureront un avantage certain au cours des élections suivantes.

Passons cependant l’analyse de toutes les inepties de cette déclaration, chaussons nos lunettes et notre sonotone et revenons sur une étude précise du contexte de cette phrase. Et surtout comment elle a été prononcée.

La représente communiste était interrogée au cours de l’émission « Radio Brunet » sur RMC à propos de la proposition cohérente de Jean-François Copé de revenir sur le privilège de l’emploi à vie dont jouissent tous les fonctionnaires.

Lire la suite

Les excuses perpétuelles

Ouais, mais c’est encore un gamin.

 

aurier


(Source Photo Eurosport)

Dans la série la phrase la plus con, la réponse d’un auditeur de RMC au micro de Roselyne Bachelot, le 27 septembre dernier.

Le contexte ? Une discussion sur l’exemplaire – c’est ironique – défenseur du PSG, Serge Aurier.

Un rappel des faits ?
Mis à pied au cours de la saison passée pour une pitoyable et insultante déclaration à propos de son entraîneur et de ses coéquipiers de l’époque, le footballeur se permettait peu de temps après – histoire de peaufiner le tout – d’insulter un agent de police.
Bref, pas la peine de tourner autour du poteau de corner, le joueur comparait devant la justice et se trouve condamné (à l’heure actuelle, un appel est en cours). Lire la suite

2009 – 2010, même combat


« Il n’y a qu’en France qu’on voit ça. »


« Quand les gendarmes nous arrêtent, ils nous disent ‘ben voilà il y a de la neige’.
Ben on le sait… mais y a d’autres pays où il y a de la neige et on n’est pas embêté comme ça. »



Dans la série la phrase la plus crédible, les indignations légitimes des routiers et autres personnes à nouveau piégés par les conditions climatiques. En résumé ? Lire la suite…

Rêvons un peu, rêvons beaucoup


« Marche droit, tu marches sur mes rêves. »



Dans la série la phrase la plus cool, bien que peut-être confuse ou contradictoire, voire classe, l’ordre intimé par un inconnu sur un mur d’une ville de province. Phrase difficilement classable, à cause de l’impératif utilisé pour forcer à marcher droit afin de  préserver des rêves.

Lire la suite…

La goutte qui fait déborder la vase


« On manque de recherches rigoureuses sur le fait que le Père Noël encourage des attitudes néfastes. »



Dans la série la phrase la plus crade, l’étude complètement effarante et déplacée du Docteur Nathan Grills – oui il est bien docteur. Chercheur australien, qui multiplie les déclarations immondes pour faire parler de lui et s’offrir un sympathique moment de grâce en jonglant simplement sur quelques peurs et problèmes qui ont droit aux grands titres dans les médias.

Lire la suite