Les flocons, les trains et le service public – épisode 2


« Parti à 21h30 de Paris le train devait arriver deux heures vingt plus tard à Londres. Finalement les passagers
ont dû patienter 13 heures à bord sans possibilité de sortir ni information fiable. »


« Dix fois, ils nous ont dit : ‘On a pris une décision, on part à Londres, on a pris une décision, on rentre sur Paris. On a pris une décision, machin. On n’a pas bougé d’un centimètre.’
Côté britannique, même énervement des passagers, ceux-là sont restés plusieurs heures bloqués dans le tunnel sous la manche à plus de cent mètres sous le niveau de la mer :
Par moment il n’y avait plus de chauffage ni de lumière, nous n’avions rien : ni nourriture, ni couverture. Simplement un peu d’eau qu’ils nous ont donné.’
Au total plus de deux mille personnes ont passé la nuit coincés à bord et un seul Eurostar a pu circuler aujourd’hui.« 



Dans la série la phrase la plus con, et surtout la plus crade, les révélations déplaisantes apportées par les passagers ayant subi les insuffisances déplorables de la SNCF. Comme vu précédemment, les divers services de l’État Français multiplient les erreurs et les bêtises depuis plusieurs jours. Il est cependant bien connu que l’erreur est humaine, et que personne ne peut se prévaloir d’exécuter toujours de la meilleur manière chaque chose entreprise. Se tromper arrive à chacun – enfin plus que trop souvent dans ce cas précis – et reconnaitre ses fautes permet justement de montrer l’intention d’y remédier ou en tout cas de ne plus en commettre. Ce n’est hélas pas le cas pour les bienveillants et valeureux fonctionnaires si harassés par leur travail ingrat. Et c’est bien là le plus cynique de l’histoire.

Car, alors qu’il serait facile de tenter de rassurer les passagers ou de leur fournir au moins un semblant d’information, le personnel naviguant – les contrôleurs en somme, certainement bien cachés dans leurs cabines – ainsi que les employés des différents services en cause n’ont absolument rien fait pour tenter d’apporter le moindre soutien ou information utile aux différents voyageurs. C’est bien là le pire. Plutôt que de reconnaitre son erreur – faute avouée, à moitié pardonnée ! – les fonctionnaires préfèrent le silence et la politique de l’autruche, en espérant que l’incident passe vite.
Au finale, le retard fut de treize heures et cela aurait pu être pire. Peu importe, car dans les prochains jours, chaque employé concerné reprendra le travail comme si de rien n’était. Certainement après s’être vu accordé quelques jours de RTT mérités après une nuit si difficile face à une horde d’usagers – sic – sauvages.

En attendant, les passagers sont abandonnés sur les quais, sans plus d’explication ou d’excuse, avec pour seule consolation un croissant ou un léger jus d’orange. Pendant qu’ils se restaurent, ils ne râlent pas et les différents employés peuvent s’échapper discrétement.

Et puis c’est tout…

(A suivre…)

En presque live ci-dessous, source : reportage « Eurostar : 2000 passagers bloqués » diffusé lors du 19:45 sur m6 :
(cliquez sur le triangle pour lancer la lecture)

http://www.opendrive.com/files/5915387_Qj3GQ/eurostar3.mp3%20

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s