L’art de la nuance selon les adolescents


« En fait, il est pas beau, mais il est pas moche non plus. »



Dans la série la phrase la plus con, l’avis éclairé de trois dindounettes de lycée en train de rentrer chez elles.
Que le sujet tourne autour de Robert Pattinson, le comédien qui fait tournebouler les minettes (ou encore ici), ou de Flavien, le camarade de classe qui lui aimerait bien expliquer à l’une des trois qu’il peut aussi jouer au vampire, l’avis éclairé des trois donzelles laisse tout de même songeur.

En effet, cette phrase est symptomatique et démontre à nouveau ce que peut engendrer une éducation abandonnée tant par les parents que par l’éducation nationale. Les cerveaux restent en hibernation, simplement réactifs à quelques stimuli simples et inutiles du style : « T’es sur Facebook ?« , « Qui est éliminé à Bouze Story ? » ou « Il est trop bien lui, non ?« 

Au final pour les plus jeunes, et désormais également les moins jeunes, c’est la perte de l’art de la nuance. Le monde devient binaire. Soit blanc, soit noir. Soit ‘trop‘, soit ‘trop pas‘.
Un tel est ‘TROP canon‘. Tel autre l’est ‘TROP PAS‘.
Telle gourdasse apparaît comme ‘TROP bien sappée‘. Son ex-amie qui lui a piqué son string a ‘TROP abusé‘.
Tel professeur est ‘TROP nul‘ – d’ailleurs, comment un élève a-t-il la capacité de juger le niveau d’un professeur ? Son collègue est ‘TROP sympa’ parce qu’il n’a pas fait d’interro – d’ailleurs faire une interro est désormais un crime.

Il suffit d’essayer, juste quelques minutes, d’écouter les discussions enflammées d’adolescents à la syntaxe parfaite. Tout devient ‘TROP‘ ou ‘TROP PAS‘. Et cette décadence entraine à l’arrivée l’incapacité handicapante de ne pouvoir exprimer un avis argumenté sur un sujet quelconque. C’est donc bel et bien la perte de la communication, malgré tous les outils désormais à disposition pour pouvoir justement échanger avec ses comparses.

C’est donc bel et bien un retour à l’âge de pierre. En effet, quel est l’événement fondamental considéré comme la fin de la préhistoire et du temps de l’homme des cavernes ? L’invention de l’écriture. En résumé, l’apparition de la communication.

Et donc aujourd’hui, trois demoiselles tentent de juger le physique charmeur, mais pas particulièrement beau, d’un minot. On sent bien qu’elles voudraient s’exprimer, mais n’y parviennent simplement pas à cause de capacités intellectuelles limitées. Peu importe en réalité. Car Robert – ou Flavien – est trop pas beau. Mais pas moche non plus. Et c’est bien là l’essentiel.

Et puis c’est tout…


L’art de la communication au XXIème siècle sur LPLPC : 12


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s