Faire preuve de bonté et de salutaire humanité est désormais un crime


« Une fillette et son petit frère ont été brutalement enlevés à leur famille d’accueil. ‘Trop d’amour‘ estime la justice, qui a choisi de les placer en foyer pour préparer leur retour chez leur mère biologique. »


« Ce qu’on reproche à cette famille d’accueil ce n’est pas de les avoir maltraités ou de les avoir délaissés mais bien au contraire d’avoir tissé des liens trop étroits. Pourtant il a toujours été clair pour eux comme pour Martine et son mari qu’il s’agissait d’une transition avant de retrouver leur mère biologique. »


Dans la série la phrase la plus crade, l’inadmissible et inhumaine décision de justice, obtenue par le Conseil Général de l’Oise, qui condamne une famille d’accueil pour avoir tisser des rapports tout simplement justes et bienveillants envers des enfants dont elle avait la charge pendant une durée déterminée.

Une nouvelle démonstration de l’ignominie et du caractère plus que robotisé de l’administration française. De plus en plus de cas aussi divers que variés montrent que les structures de l’État, à n’importe quel niveau que ce soit, fonctionnent sous l’impulsion non plus d’individus responsables et censés, mais bien d’automates sans âme et sans la moindre once d’humanité profonde. Des robots destructeurs, qui se contentent de se réfugier derrière les cadres rigides d’une législation stricte, et fonctionnent telles les machines qu’ils demeurent être, à savoir à travers des ordres ou commandes simples.  ‘Sanctionner‘, ‘remplir le bon formulaire‘, ‘envoyer des lettres de rappel‘, ‘revendiquer‘ sont ainsi quelques rares actions pouvant être suivies par ces froids androïdes.

Avec cette fâcheuse histoire résonnent encore une fois les formidables observations de Virgil Gheorghiu dans son livre “La 25ème heure” :

« Peu à peu, sans même nous en rendre compte, nous renonçons à nos qualités humaines, à nos lois propres. Nous nous déshumanisons, nous adoptons le style de vie de nos esclaves techniques. Le premier symptôme de cette déshumanisation c’est le mépris de l’être humain. »



À quand des condamnations pour sourire trop expressif, pour bonne humeur communicative ou encore pour joie apportée à son entourage ?

Bande de c…

Et puis c’est tout…



En presque live ci-dessous, l’intégralité du reportage diffusé lors du 19:45 sur m6 le 05 décembre :
(cliquez sur le triangle pour lancer la lecture)

http://www.opendrive.com/files/5852398_ABVPw/condamne_pour_amour.mp3%20


Pour en savoir plus : 123


Les ravages de l’Etat et la 25ème heure sur LPLPC : 12

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s