Pandémie et conflits d’intérêts


« La campagne de vaccination contre la grippe A démarre le 12 novembre pour le grand public mais déjà l’épidémie du H1N1 se propage très vite, les consultations chez les généralistes ont augmenté de 55% la semaine dernière. »



grippeA-15Dans la série la phrase la plus con, voire la plus crade, l’art de la manipulation par les journalistes et leur talent pour jongler avec les chiffres.

Manipulation avec en une même phrase le rappel de la mise à disposition des vaccins et l’inquiétude non cachée face à un virus qui, subitement, décide de (re)faire parler de lui en se propageant à nouveau. Pour rappel, pas un titre alarmant concernant ce fléau si inquiétant n’a marqué les journaux depuis la fin du mois de septembre. Les informations n’ouvraient plus ainsi sur les classes qui se fermaient à double tour à la vitesse du postillon au galop il y a encore un mois à peine.
Et, alors que le vaccin est enfin disponible et prêt à se répandre dans les bras piqués de tous les citoyens, en à peine quelques jours un match de Ligue 1 de football est annulé, le virus reprend des forces et touche de plus en plus la population alors que la peur, tel le phénix, renaît de ses cendres et gagne à nouveau les professionnels de l’information. Les choses sont bien faites quand même, non ?

Mais, au fait, cela veut dire quoi une augmentation de 55% des consultations chez les généralistes ?
Cela signifie simplement que lorsque Madame Chompiard a le nez un peu bouché, quelques maux de tête et une tendance accrue aux toussotements intempestifs et qu’elle est bien comme il faut Madame Chompiard, elle cotise à la Sécu, elle en profite donc pour aller pleurnicher chez son médecin référent – sic. Et elle a peur Madame Chompiard, elle regarde Jean-Pierre Pernaud tous les midis et Florence Ferrari le soir, même si elle préférait quand c’était PPDA. Comme elle suit l’actualité, Madame Chompiard pense avoir attrapé le terrifiant virus de la grippe porcine. Et elle voudrait pas le refiler à son René le virus. Il est fragile le René. Alors, toute inquiète et toute tremblante – à cause de la peur et non pas de sa légère hausse de température – elle demande au Docteur Alenruth si c’est grave. Elle ose à peine sortir le mot honni : « C’est la grippe docteur ? »
Alors oui, c’est peut-être la grippe. La saisonnière. Ou la vilaine qui vient du Mexique. Peut-être. Mais en fait, c’est un simple  rhume qui affaiblit la Simone. Mais bon, dans les statistiques, la mère Chompiard a consulté son médecin traitant pour cause « probable » de grippe. Et paf : le nombre de consultations concernant la grippe A augmente en flèche, la France va être balayée par le virus. Vite, cachons nous ! Nous sommes en danger : 22 cas graves en une semaine !
Mais, heureusement, les vaccins arrivent.

Et avec eux, les instituts de veille sanitaire et autres experts qui :
1 – nous alarment avec leur 55% de hausse de consultation, chiffre avancé par le réseau réseau Sentinelles-Inserm, dont fait partie la convaincante Docteur Lefebure qui nous rappelle, avec des arguments chocs, qu’il faut se vacciner en déclarant :  « S’ils (les experts) disent que c’est bien de se faire vacciner, faut un peu les croire et y aller sans avoir sa petite idée personnelle. »

2 – conseillent le gouvernement en lui expliquant qu’il faut à tout prix se faire vacciner (oui il vaut mieux le répéter par toutes les voies possibles).

3 – sont payés par les industries pharmaceutiques. grippeA-19

Eh oui, bien que les journalistes relayent un climat de peur concernant ce sujet épineux, il leur arrive parfois d’avoir une attitude professionnelle. Car la question mérite amplement d’être posée : à qui profite l’argent des vaccins ?

Une question traitée dans différents journaux, ou encore sur itélé avec un reportage ô combien parlant. En presque live ci-dessous :
(cliquez sur le triangle pour lancer la lecture)

http://www.opendrive.com/files/5671590_Qi97F/grippeA5.mp3%20

Effarant, non ? Et puis, si quelques questions restent en suspens, il sera toujours possible de demander son avis à Madame Bachelot, la ministre qui a déclaré, le 15 septembre dernier, au micro du « Grand Journal » sur Canal +, « qu’elle ne se ferait pas vacciner, et que les ministres et le Président ne seraient pas vaccinés contre la grippe H1N1, du moins dans les prioritaires. »

Ouf. Tout le monde est rassuré.
Mais attention tout de même aux dommages collatéraux, car comme le souligne Jean-Marie Bigard :

« A force de nous faire chier avec la pandémie de grippe A, ils vont finir par nous coller une épidémie de gastro. »


Et puis c’est tout…



La Pandémie de grippe A sur LPLPC : 123456

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s