Jean Sarkozy, le grand vainqueur


« Je ne veux pas d’une victoire qui porte le poids d’un tel soupçon. »



jsarkozy12Dans la série la phrase la plus con, la suite et fin de l’histoire houleuse concernant Jean Sarkozy et la présidence de l’EPAD. Une phrase qui marque donc le retrait du fils du Président de la République dans la course au poste du numéro un du quartier d’affaires de la Défense mais qui prouve également ce que tout le monde savait déjà.

Il a été répété, chaque jour depuis une semaine, par Jean Sarkozy lui-même ainsi que par tous ses soutiens les plus divers, que le poste tant convoité était obtenu après une élection et n’était en aucun cas obtenu par nomination, c’est  à dire grâce à certains appuis.
Par principe logique donc, personne ne peut affirmer être promis à une victoire certaine avant même le vote. Cela relève du principe démocratique. Les rares exceptions sont à noter du côté de l’ex Union Soviétique ou pour Jacques Chirac en 2002 qui avait profité d’un logique vote anti-FN.

Jean Sarkozy annonce ici que, s’il ne s’était pas retiré, il aurait été élu. Ce qui prouve bien que cette élection n’en est pas réellement une, puisque chacun pouvait en connaitre le résultat avant même le dépôt des bulletins dans l’urne. Ou plutôt la boite aux lettres, vu qu’il n’y a que dix-huit enveloppes à recueillir.

Il faut noter également que ce retrait ne constitue pas un échec mais bien une victoire pour le jeune élu des Hauts-de-Seine. Il a pu, pendant un temps, peaufiner une expérience de controverse et montrer connaître déjà les rouages du non-discours politique. De plus, et c’est le plus important, ses contradicteurs ne peuvent finalement rien lui reprocher. Le mieux aurait été en effet qu’il obtienne ce poste et qu’il montre, par les faits, qu’il n’avait pas les capacités réelles pour l’assumer. Dorénavant, le jeune Sarkozy pourra répondre, le sourire aux lèvres, que la vindicte populaire n’a pas voulu qu’il exprime ses talents et compétences et qu’aucune chance ne lui a été laissée. Il devient finalement la victime de cette histoire et sera donc, dans les prochaines années, exempt de tout reproche. A suivre donc.

D’ici là, le fils prodige aura peut-être enfin réussi à obtenir un diplôme. Peut-être…

Et puis c’est tout.



En presque live ci-dessous, comment, en à peine 50 secondes, Jean Sarkozy devient immaculé comme l’ourson qui vient de naitre :
(cliquez sur le triangle pour lancer la lecture)

http://www.opendrive.com/files/5647622_II8Cs/EPAD3.mp3%20


Jean Sarkozy et la présidence de l’EPAD sur LPLPC : 1234

Advertisements

Une réflexion sur “Jean Sarkozy, le grand vainqueur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s